LIGUE PROVENCE ALPES DE TRIATHLON

RAID GALLAECIA 2017
Adventure
Racing World Series

Voilà ci-dessous un compte-rendu de la victoire de l'équipe Naturex (association Raid 400team) au Raid Gallaecia, manche de coupe du monde de raid (Adventure Racing World Series)
Par équipes de 4 mixtes, avec au programme pas moins de 500km, 13000m de dénivelés positifs, parcourus à pied, à vtt, en kayak en 79h avec seulement 2h de sommeil. Cette épreuve se déroule en orientation avec quelques 58 points de passages à valider (CP ou balise). Les équipes gèrent comme elles l’entendent leur alimentation et leur repos. 14 sections s’enchainent, plus ou moins longues (7 sections à pied dont une avec canyon et atelier de cordes, 5 sections de vtt, 2 sections de kayaks).
30 équipes au départ, dont des top-teams étrangers pour cette manche en Espagne. Voici un résumé de la course de Romual VIALE, Sébastien RAICHON, Thomas GAUDION et Sonia FURTADO.

Jour 1
AS PONTES, lundi 8 mai 2017. Après 3 jours de transport et de préparatifs, nous voici enfin au départ de cette course dans cette ville industrielle. Nous nous élançons pour un trail de 11km...à fond! Le ton est donné, on se place en tête de course dans un groupe de 5 équipes. Après une transition éclair, nous embarquons les premiers sur une jolie rivière pour 48 km de kayak. Les équipes Suédoises, Tchèques et Estoniennes ne tardent pas à nous dépasser. Après un aller-retour pénible sur un lac, on repasse en rivière au bord de la centrale. Romuald, notre orienteur sur cette section, bien concentré dans la carte reste dans le bon bras de rivière, au contraire des 3 équipes de tête! Du coup on réalise l'exploit de finir cette section en 2ème position à 5mn des Estoniens.
Bon, la course est encore très groupée car nous sommes 6 ou 7 équipes à nous changer en vue de la section course suivante. On repart avec Cyanosis, les sudafs vainqueurs du dernier raid au Paraguay. On les dépose et on se lance sur ce premier long trek de 35km. On passe en mode attaque. Marche rapide en côte, course dès que c'est plat.
Nuit 1

Les organisateurs nous avaient prévenus de la grande difficulté de ce passage de nuit, alors nous assurons notre cheminement jusqu'à la Balise 15. Heureux de notre sans faute, on se déconcentre sur la suivante et on y laisse 15-20 min... On aperçoit des frontales qui reviennent. On pointe à la transition 3, toujours 2ème, mais les écarts sont minces entre les 10 premiers.
On enfourche enfin nos bicyclettes. Cela fait du bien de changer un peu de groupes musculaires! On roule plutôt à un bon rythme mais les français de FMR reviennent fort sur nous. Un peu plus tard c'est la grosse tuile. Sur un chemin chargé de branches d'eucalyptus, Romuald entend un bruit sourd sur sa roue arrière. Après inspection, on constate 3 rayons cassés... inquiétude générale. Après avoir mis une chambre à air, on remonte la roue. Elle est complètement voilée mais elle ne touche pas encore le cadre. On peut repartir, mais pour combien de temps... Du coup on se retrouve en compagnie des suédois de Sweco puis dans un peloton de 5 équipes dans des zones complexes de portage. On rentre tranquillement au parc Transition 4 où les 2 équipes de tête sont en train de se préparer. Notre galère de la nuit ne nous a pas coûté trop cher....

Jour 2
Nous repartons 3ème de l’AT pour attaquer au petit matin la section trek canyon cordes nages de 64km "I will survive". On mange en marchant au départ sur la route. Puis prenons un rythme correct pour une ascension des plus raides. Nous atteignons le départ du canyon avec un retard de 30 minutes sur la tête de course. Un beau rappel sous cascade de 50 mètres nous permet de rentrer dans le canyon. Les Estoniens sont encore là et commencent leur progression. Puis on évolue sur un sentier où l'on passe en mode attaque... Et ça paye car on rattrape les deux équipes de tête au moment de la première traversée de rivière. On nage 50m dans une eau froide sans enfiler les combinaisons au contraire de FMR. On termine the section avec 20mn d'avance sur FMR et les Estoniens. La nuit tombe et on décide comme les autres de dormir 1h dans le gymnase.

Nuit 2
On repart en même temps que FMR pour une petite section VTT. La battle peut commencer... car on ne reverra plus les Estoniens de la course! On atteint l’AT 7 avec une petite avance. On repart vite.
Ce trek de 15km ne semble pas simple. Les balises 32 et 33 notamment. On tourne un moment autour du premier avant de le découvrir dans des buissons. FMR arrive sur zone quand on en sort... On attaque à nouveau dans la descente pour arriver à l’AT seul. Petite restauration rapide offerte par l'organisation comme à d'autres AT.

Jour 3
Nous débutons au lever du jour la longue section de VTT du raid. 75km. Ça grimpe pendant 2h ou presque. Les montagnes sont recouvertes d'éoliennes comme depuis le début de la course. Notre rythme est correct. La fin de section est très roulante et sans difficultés. On roule fort avant une petite course d’orientation, bien décevante par sa facilité, mais jolie par son contexte en bord de mer. Les averses en ce 3ème jour sont constantes et pénibles.
Le VTT suivant est plus délicat en navigation. Nous atteignons ensuite la ville de FERREOL sous des trombes d'eau. L’AT 10 se situe dans un centre commercial et on est accueilli par un speaker tellement volubile qu’on se demande même si la course n'est pas déjà terminée... La nuit tombe et on décide de faire notre 2ème repos d’une heure.

Nuit 3
Les FMR sont toujours au contact et à notre réveil, il semblent vouloir faire de même et écourter leur propre repos...
On s'engage de nuit en pleine ville pour un nouveau trek de 33km. La première balise est sous une cascade grandiose. Romuald décide alors de nous faire faire une belle grimpette sauvage pour éviter du dénivelé. C'est l'instant aventure du raid. On s'en sort avec quelques égratignures et on choisit par la suite un itinéraire roulant. Via une grande descente on rejoint une nouvelle rivière. On hésite à la traverser à pied dans le désespoir de trouver le pont. Mais on finit enfin par le trouver peu avant l’AT. Il est 6h du matin et on s'habille vite pour la dernière section kayak de 24km.

Jour 4
La tempête en pleine mer nous réveille. On se prend un beau vent de face! On s'abrite comme on peut... on lutte ensuite contre la marée pour rejoindre la balise. Au retour, on croise beaucoup trop vite les FMR. Cela nous donne un coup de fouet et on pagaie enfin fort pour le retour au port. On quitte la transition en courant pour le dernier trek de 23 km. Les FMR sont en approche... On enchaîne les postes correctement, traversons un joli village et pour la 4ème fois devons rentrer dans la ville de FERREOL pour récupérer nos VTT.
C'est parti pour la dernière section du raid, 45km de VTT pour revenir à AS PUENTES. Sitôt sorti du centre ou presque on croise les FMR... une nouvelle fois... une dernière fois?
Les spectateurs sont de plus en plus nombreux, on sent la pression qui monte, un truc se passe, les FMR doivent revenir. On est à fond maintenant. Il reste 2 balises qui semblent bien compliquées... On roule à fond et orientons à pleine vitesse. Enfin la ligne, la délivrance, la joie intense. On s'embrasse, on s’enlace et on s'embrasse à nouveau. Cette victoire en coupe du monde à l'étranger, on la tient enfin et qu'elle est belle...